• Leçons de Français CM1/CM2

    ©  Lemon Pulp

     

     

    Les images des leçons proviennent de : Retz, MysticlollyL'instit.com

     

    Si mes documents vous ont été utiles, un petit merci ne coûte rien (à part 1 minute).


    votre commentaire
  • CM1/CM2 : Mon organisation 2018/2019

    ©  Lemon Pulp

     

    Article que je compléterai au fur et à mesure de mes préparations ...

     

     

     

    Si mes documents vous ont été utiles, un petit merci ne coûte rien (à part 1 minute).

    Ça ne fait pas très plaisir de retrouver ses idées sur d'autres réseaux sans être citée ni remerciée alors qu'on y a passé du temps et qu'on a partagé gentiment son travail ;)


    1 commentaire
  • Ma classe idéale

    ©  Lemon Pulp

    Dans ma classe idéale on enseignerait aux enfants des cours utiles pour la vie de tous les jours :  des cours de couture, de mécanique, de bricolage, de cuisine.

    On n'a pas tous la chance d'avoir des parents qui nous apprennent tout ça à la maison et dans le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui ce sont des choses qui nous font défaut une fois adulte.

    Il faudrait des créneaux spécifiques à ce type de cours, et ne pas les garder en spécialité pour les études supérieures. C'est important, je pense, de les enseigner dès le plus jeune âge et permettre de faire des liens avec les matières déjà enseignées.

    On peut déjà faire de la cuisine dans nos classes, certes, mais on n'a pas le matériel et les espaces nécessaires, pas la formation ou les professeurs adaptés, pas assez de temps pour s'y attarder de façon hebdomadaire. 

     

    Il y aurait 20 élèves par classe afin de pouvoir vraiment passer plus de temps à la différenciation et organiser plus d'ateliers (jeux de société pour apprendre, activités théâtrales, ...). 

     

    On aurait un vidéo-projecteur dans chaque classe avec un bon accès internet pour pouvoir montrer des vidéos et des images en temps réel aux élèves.  

     

    Et les élèves alors, que veulent-ils dans leur classe ?

    Quand on leur pose la question, voici ce qui ressort : faire de la cuisine en classe, plus d'exposés, présenter des objets de la maison, une ambiance calme, un tableau propre et organisé, plus de travail en groupe, moins d'évaluations, plus de sport, organiser des expositions, avoir un temps pour lire les livres de la bibliothèque de classe et faire des activités autonomes.

     

    On peut le faire ! N'est-ce pas ?

     

    Et pour vous, que serait votre classe idéale ?


    votre commentaire
  •  

    Avantages et inconvénients du métier

     ©  Lemon Pulp

     

    Inconvénients

    Avantages

    -      Stress permanent

    -      Pression de la hiérarchie sur notre mission d’enseignant

    -      Hiérarchie et CPC qui nous descendent et nous dégoûtent du métier dès le début au lieu de nous encourager

    -      Hiérarchie, formateurs et CPC qui se contredisent sans cesse les uns et les autres, on ne sait plus qui écouter

    -      Certains parents qui pensent que le problème vient de nous et ne remettent pas leur éducation en question

    -      Certains parents démissionnaires ne nous aident plus, pourri-gâtent leur enfant, les mettent devant les écrans

    -      On nous demande d’être bienveillant, de ne pas faire stresser un enfant mais les conseillers ne le sont pas avec nous

    -      On nous demande de tout faire par le jeu, de pratiquer l’éducation positive, mais on ne nous donne pas les outils nécessaires et c’est parfois impossible avec des classes agitées

    -      Manque de formation face à la réalité du terrain : élèves difficiles, non allophones, en situation de handicap, … on ne nous forme pas à ça à l’ESPE

    -      Formation bâclée : on ne sait pas forcément comment corriger, noter, faire face à certaines situations, pas assez de pratique accompagnée et d’observations …

    -      On doit sans cesse faire des fiches trop détaillées qui sont parfois inutiles

    -      On nous vend du rêve l’année de stage puis on nous met en milieu difficile, on nous laisse les classes pas faciles

    -      Trop d’élèves parfois dans les classes

    -      Manque de reconnaissance de notre métier souvent moqué ou jalousé

    -      Travail sans cesse : WE et vacances, midi et soir : pas de limite de temps, c’est à nous de les mettre mais compliqué comme on veut bien faire et qu’on débute

    -      Libre de pratiquer la pédagogie que l’on veut mais on se retrouve souvent seul et on ne sait pas comment organiser les choses, on a le sentiment d’être délaissé, dépassé

    -      Notre bureau à la maison est aussi notre espace de travail

    -      On doit souvent dépenser pour l’école sur notre compte personnel sans être remboursé

    -      On doit parfois mettre l’argent de la coopérative sur notre compte (sensation de ne pas pouvoir consulter notre propre argent)

    -      On pense sans cesse école : en vacances, en rêve, en courses, …

    -      On culpabilise quand on est absent (dans un autre métier on ne culpabiliserait pas autant) et les parents peuvent nous le reprocher

    -      Les programmes changent tout le temps. Ils sont inadaptés à tous comme il faut faire de la différenciation dans les classes et selon les milieux. Les programmes ainsi que les horaires hebdomadaires ne prennent pas en compte la vie de classe et les problèmes de comportement à régler.

    -      On est très vite fatigués et très souvent malade

    -      On ne dispose pas forcément dans toutes les écoles des lieux et des équipements adaptés pour pratiquer nos enseignements (préau pour EPS, ordinateurs pour les TICE, bibliothèque, salle d’Arts ou de musique, …) et pas assez de créneaux horaires pour pouvoir pratiquer le temps hebdomadaire recommandé (vu qu’on doit se partager les salles avec les collègues)

    -      Manque de matériel utile pour pratiquer un meilleur enseignement : pas de rétroprojecteur dans les classes, ou de photocopies couleurs

    -      Peur que les collègues suivants rejettent la faute sur nous si un élève est en échec

    -      On utilise beaucoup notre voix

    -      Polyvalence extrême et parfois difficile à gérer

    -      Paperasse administrative et financière qui n’en finit jamais

    -      Notre chez nous devient bibliothèque : on achète des livres pédagogiques pour se former nous-même ou trouver des idées d’exercices et ensuite on doit tout stocker

    -      Pas de vrai CE, pas de tickets restaurant

    -      Salaire gelé et pouvoir d’achat qui ne cesse d’augmenter

    -      En fin de carrière le salaire est très bas par rapport à notre niveau d’études

    -      Evolution très lente

    -      Reconversion difficile voire impossible

    -      Parents toujours en attente et demandeurs de sorties scolaires ou de classes de découverte, mais qui ne se rendent pas compte de tout le travail qu’il y a derrière et ne sont pas forcément présents pour accompagner. Ils sont cependant présents pour râler si une sortie est annulée par manque d’accompagnateurs, ou pour bien vouloir accompagner seulement aux sorties intéressantes.

    -      Mutuelle enseignante qui rembourse assez mal

    -      Menaces, insultes, rancunes envers nous de la part d’élèves ou de parents parfois

    -      On n’a pas vraiment de vraie pause dans la journée (toujours quelque chose à préparer ou à corriger)

    -      C’est très long d’obtenir sa propre classe

    -      Dur d’être remplaçant, on est considéré comme un pion, on ne peut pas entreposer notre matériel scolaire dans une classe, on n’a pas forcément les clés de l’école où on enseigne, on ne peut pas savoir où l’on va être à l’avance ni dans quel niveau on va enseigner, on doit rentrer dans les « chaussons » d’un autre enseignant

    -      Temps de préparation de classe, de corrections, et de remplissage de bulletins très long

    -      On ne peut pas prendre de jour de congé

    -      Pas de tenue de travail alors qu’on doit bien paraitre

    -      Demande beaucoup d’énergie physique, on doit parfois s’interposer pendant une bagarre, retenir un élève qui fait une crise, porter de lourds cahiers ou beaucoup de matériel

    -      Pas toujours d’aide dans les déménagements de classes, de tables et de chaises : à nous de gérer

    -      On doit souvent improviser (pas de manuels reçus à temps à la rentrée, photocopieuse en panne, …)

    -      Quota de photocopies limité

     

    -      Libre d’enseigner notre pédagogie

    -      Permet de développer notre créativité

    -      Développe notre culture que l’on enrichit sans cesse

    -      Fierté quand une séance plait aux élèves ou leur permet de progresser

    -      Fierté quand on revoit d’anciens élèves qui nous disent qu’on les a marqués ou qu’on voit le chemin qu’ils ont parcouru

    -      Sécurité de l’emploi

    -      Vacances et horaires corrects

    -      Entretien notre forme physique : on marche beaucoup

    -      On peut profiter du soleil pendant les récréations : vitamine D naturelle

    -      Joie de travailler avec un public d’enfants

    -      Bon salaire quand on est en début de carrière

    -      Métier non ennuyant car très diversifié

    -      Photos d’identité et souvenirs avec nos élèves gratuites

    -      Joie de commander le matériel pour la classe que l’on désire (comme des cadeaux de Noël quand on les reçoit)

    -      Animations pédagogiques, formation continue que l’on choisit en fonction de nos besoin et de nos goûts

    -      Notre entourage peut voir notre métier en nous accompagnant en sortie

    -      Profiter de sorties avec les élèves gratuitement

    -      Métier dont on peut parler à n’importe qui comme c’est un univers que tout le monde connait

    -       Aspect social : on rencontre du monde et ne reste pas enfermé dans un bureau

    -      On transmet des choses, on peut faire partager nos passions

    -      On peut aménager notre classe selon nos envies

    -      Permet de vaincre notre timidité, de s’extérioriser : on théâtralise

    -      Heureux quand on a de la reconnaissance (mots écrits ou oraux des parents, cadeaux utiles ou non)

    -      Sensation d’être utile pour les élèves (et même parfois pour les parents), d’être quelqu’un d’important pour eux, un modèle

    -      Réalisation de projets qui nous tiennent à cœur

    -      Voir les enfants heureux de venir à l’école pour nous retrouver, nous dire des mots gentils et qui nous donnent des marques d’affection

     

     

    Il y a certes plus de points négatifs, mais le positif vaut de l'or, c'est une véritable passion que d'enseigner ce métier. Beaucoup d'inconvénients peuvent être retirés selon notre situation : d'une école à l'autre, selon notre expérience, la ville où l'on exerce, ...

     

    Et pour vous, quels sont les principaux inconvénients et avantages du métier ?


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires